Trucs et stratégies de financement - Trois principes de base pour vous aider à réussir

Présentés par Bill Swan, Osprey Communications et Jardins botaniques Colombia Valley. Merci à Tim Maloney, responsable de la promotion, The Land Conservancy of British Columbia
Bill Swan

Il y a quelques années, lors d’une conférence sur l’intendance, j’ai vécu un de ces merveilleux moments où tout devient clair, qui a changé et affermi ma manière de faire de la collecte de fonds. L’atelier, intitulé « Rencontrez les bailleurs de fonds », donnait aux personnes et aux organisations l'occasion de rencontrer des représentants des sources de financement les plus importantes, et de les entendre expliquer ce qu’ils recherchent chez ceux qui ont besoin de soutien financier.

J’ai tout de suite été impressionné par le grand nombre de sources de financement et de récipiendaires de qualité présents à cette session. « Que font ici tous ces bailleurs de fonds ? Ne reçoivent-ils pas suffisamment de demandes de financement ? Et puis, le financement n’est-il pas une affaire un peu secrète? Pourquoi tous ces gens partagent-ils si ouvertement leurs idées et sources de financement ? »

Si ces bailleurs de fonds étaient là, s’ils nous encourageaient avec autant d’enthousiasme à faire une demande de financement, c’est qu’ils avaient besoin de nous. Quoi ? Les bailleurs de fonds ont besoin de nous, flot infini de projets et d’organisations en manque d’argent ? Si les demandeurs de fonds étaient là et n’hésitaient pas à raconter leurs expériences, c’est que l'argent n'est pas un facteur contraignant, et que l’investissement dans les relations, les réseaux et la formation est la clé du succès - et nous savons tous à quel point le succès peut Être contagieux.

Lors de cette session particulièrement éclairante, trois principes se sont imposés à moi, auxquels je reviens toujours lorsqu'il s'agit de collecte de fonds.

« Main dans la main » plutôt que « à mains jointes ».
Ayez de l’audace, prenez des risques. L’argent ne manque pas.
Construisez des relations, les projets suivront.

 

1) « Main dans la main » plutôt que « à mains jointes ».

La compréhension de la relation bailleur de fonds / récipiendaire comme une relation symbiotique constitue une étape cruciale pour réussir ses collectes de fonds.  Abordez-vous souvent la question de vos besoins de financement en vous disant : « Oh, j’espère que nous allons l'obtenir », ou vous dites-vous plutôt : « Quelle chance nous avons de nous Être trouvés, et d’avoir en commun cet excellent projet à soutenir » ? La réponse que vous donnerez à cette question pourrait Être en lien direct avec votre degré de succès dans la collecte de fonds.

C’est à la session « Rencontrez le bailleur de fonds » que les bailleurs ont insisté sur le fait qu'ils étaient en recherche constante de personnes, organisations et projets d'excellence à soutenir, qui en retour les aidaient à remplir le mandat de leurs organisations tout en augmentant la crédibilité de celles-ci et leur réputation de leaders et de sources de soutien au changement et au développement dans leur secteur.

Ce que cherchent ces bailleurs de fonds ne ressemble-t-il pas justement à des professionnels de la conservation des plantes et de l'éducation en botanique ayant des projets à livrer ?

L'attitude que je vous encourage ici à adopter est beaucoup plus que la simple technique de la pensée positive. Dans tout ce que vous ferez pour collecter des fonds, que ce soit par téléphone, en personne, par demande écrite ou par courriel, vous devez croire passionnément et profondément en vous, dans les personnes avec qui vous travaillez, dans la vision, la mission et les valeurs de votre organisation, et dans l'excellence de votre projet.

N'est-ce pas précisément ce en quoi vous demandez au bailleur de fonds de croire?

2) Ayez de l’audace, prenez des risques. L’argent ne manque pas (et, soit dit en passant, il pourrait Être ailleurs que là où vous l’avez cherché).

Les bailleurs de fonds recherchent des personnes et des projets qui les fassent vibrer. Nous, ainsi que nos projets, devons Être l’écho de nos valeurs et de celles du donateur, et correspondre avec ces valeurs.

Une des clés du succès dans la collecte de fonds consiste à Être conscient du potentiel d'engagement émotionnel de chaque personne qui entre en contact avec nos organisations, leurs membres et leurs passionnants projets.

« Personnellement, pendant la lecture des propositions empilées devant nous, je cherche celles qui me feront bondir et crier ‘WOW !’ ».

Cette affirmation du directeur d’une fondation de premier plan a étonné plus d’un des participants à l’atelier « Rencontrez les bailleurs de fonds ». « ‘ Wow’ ? Est-ce un vocabulaire digne de gens qui brassent des quantités d'argent ? », ai-je pensé. La réponse est oui.

Tout comme nous sommes passionnés par notre projet, les bailleurs de fonds sont attirés par des idées audacieuses qui suscitent l’imagination et l’action ET sont accompagnées d’un plan solide, c’est-à-dire, répondant à tous les critères prérequis : bien documenté, organisé, équilibré financièrement, responsable, fiable, reproductible, réalisable, stratégique, arrivant au bon moment, répondant aux besoins, aux mandats et aux critères... bref, respectant la structure fondamentale des bonnes propositions et des bons projets.

Or, trop souvent, les demandes de financement sont développées sans que l’accent soit suffisamment mis sur la partie « vision audacieuse » de l'équation. Martin Luther King, à Washington, sur le podium d’où il s’adressait à des millions de personnes, n’a pas hardiment déclaré « J’ai un plan ! ». Il avait un RÊVE.

Comprendre que l'argent ne manque pas pour les projets audacieux et bien préparés peut être un aspect libérateur et stimulant de la collecte de fonds, qui sort ainsi du domaine de l'effrayant pour devenir un espace de plaisir et de créativité. L’élargissement de notre compréhension doit aussi inclure l'élargissement des sources de financement identifiées. Trop souvent, nous nous tournons d’abord vers les sources traditionnelles de soutien de projets dans les domaines de l’environnement, de la conservation et de l’éducation. Ces sources sont ainsi vite submergées de demandes, ce qui réduit nos chances de succès.

Adoptez une stratégie latérale. Essayez de visualiser, dessiner, rêver, de faire du brainstorming sur la manière dont votre projet touche à des publics et à des sources potentielles de soutien non traditionnels. Par exemple, certains projets actuels des Jardins botaniques de la Columbia Valley et du Centre for Sustainable Living bénéficient du soutien d’organisations de santé, d’un restaurant et d’un centre de villégiature de golf haut de gamme, d’une fondation publique créée par un important centre de ski, de fournisseurs de services aux aînés, et d’avocats spécialisés dans la sécurité alimentaire.

Au premier coup d'oeil, les liens entre ces donateurs et les plantes ainsi que la biodiversité peuvent ne pas être évidents ; ils existent pourtant : le fait que nous soyons tous dépendants du monde végétal fait partie des éléments forts inscrits dans la mission et les objectifs de la plupart des jardins botaniques. Dans le domaine de la collecte de fonds comme dans celui des programmes éducatifs, nous avons pour rôle, en tant que collecteurs de fonds, d'entrer en communication avec ces publics « non traditionnels », et de développer avec eux les relations qui mettront en valeur nos points communs et qui les disposeront à soutenir notre bon travail.

« La vision sans l’action n’est que rêve. L’action sans vision n’est qu’utilisation médiocre du temps. La vision avec l’action peut changer le monde. » -Joel Barker

3) Construisez des relations, les projets suivront.
Souvent, ceux qui savent bien parler savent aussi bien écouter. Si nous voulons obtenir le soutien d'individus ou d'organisations, nous devons commencer par comprendre leurs valeurs et leurs besoins.

Dans son atelier de financement intitulé « Au cœur de la question », Tim Maloney, de The Land Conservancy of British Columbia, souligne que « les personnes financent des personnes, pas des projets ». Cette affirmation pose la construction de relations en condition fondamentale pour réussir une collecte de fonds. Ces relations devraient se fonder et se développer sur des bases de professionnalisme, d’intégrité et d’honnêteté, afin de créer un environnement de confiance, qui a pour effet de rendre l’expérience enrichissante aussi bien pour celui qui demande que pour celui qui donne.

« Au cours du processus, le fait d’inviter à investir devrait susciter chez celui qui adresse la demande un sentiment de fierté, et le donateur devrait éprouver non pas une pression, mais un sentiment de libération. »

-Tim Maloney

Les compétences et stratégies requises pour réussir une collecte de fonds varient selon le type de collecte entreprise. Les demandes importantes exigent de nous que nous investissions 95% de nos efforts dans la préparation et la construction de relations, contre seulement 5% dans la demande en tant que telle. Les demandes de financement annuelles et moins importantes exigent que le plus gros de l’effort soit investi dans la demande elle-même.

La formation en collecte de fonds peut nous aider à acquérir plus rapidement des compétences et des stratégies, en plus de construire la confiance et de nouer des contacts avec les autres acteurs du domaine de la collecte de fonds. Dans la section Formation et ressources relatives au financement sont répertoriées des sources possibles de formation qui pourraient vous intéresser. Investissez dans la formation, cela vous vaudra les dividendes dont vous et votre organisation avez besoin.


Retour
  Français disponible sauf en l'absence de traduction par la source ou les contributeurs.
Copyright (c) 2007 Guide canadien de sensibilisation à la conservation de la biodiversité végétale. Tous droits réservés |
Design par Artemedia
Haut de page